Martine CHANTEREAU

Mâcon (Saône et Loire)

Voyages en Carnets

 

Aller droit devant ou faire des détours, butiner des couleurs, regarder, écouter, s'asseoir par terre, attendre que les émotions s'engrangent.

Sortir du papier, un pinceau,

quelques mots au crayon.

 

Inviter le pays à venir sur la page.

A chacun son voyage, car on y trouve aussi ce qu'on y apporte. Ce n'est pas d'aller loin qui importe, c'est d'aller autrement.

Outre les contacts privilégiés que cela procure immanquablement avec les gens, dessiner et écrire affutent de manière prodigieuse l'acuité sensitive, et conserve longtemps intacte

la mémoire des instants.

martine-chatereau-4.jpg

C'est plus tard dans l’atelier que peut s’ordonner cette abondante matière première gribouillonnée au plus près des sensations. Les mots illustrent les images, viennent

en recours quand le temps manque,

quand le pinceau ne peut tout regarder,

tout garder.

Ils rendent comptent autrement,

tout aussi précis, subjectifs et libres.

martine-chatereau-3.jpg
martine-chatereau-1.jpg

Tout voyage passe d'abord par les yeux. Pays, couleurs, lumières, architectures, gens d'ailleurs, atmosphères sont d'abord des sensations visuelles qui imprègnent à flot continu, d'où la primauté de l'image. Il s'agit de transcrire dans l'immédiat ces émotions qui se superposent, du tout au détail.

Tout se joue parfois en quelques minutes. Ce signe gestuel, rapide, impulsif, le plus court vecteur du sentiment au papier,

est garant de l'authenticité de l'expression.

martine-chatereau-2.jpg
martine-chatereau-5.jpg